TOP 15 SITES TOURISTIQUES A VISITER EN ALGÉRIE | Accueil |Toute l'Actualité et le Buzz en Algérie
samedi, janvier 20

TOP 15 SITES TOURISTIQUES A VISITER EN ALGÉRIE


CASBAH D’ALGER

casbah of algiers
C’est au beau milieu d’un des plus beaux sites maritimes de toute la Méditerranée que se dresse la célèbre Casbah d’Alger, celle qui constitue un type unique de ville islamique appellée communément médina. Construite sur une colline, elle prend le soleil inlassablement, les pieds dans l’eau, côté ville Haute comme côté ville Basse. Le labyrinthe de ruelles et de maisons pittoresques est tout simplement envoûtant. De cette structure se dégage un grand sens de la communauté, quant à sa citadelle, ses mosquées et ses palais ottomans qui se dressent fièrement, ils nous rappelent que les lieux sont chargés d’Histoire et de mémoire…
Au coeur de la Méditerranée, surplombant des îlots et s’étendant sur quarante-cinq hectares, la Casbah d’Alger abrite depuis des siècles une médina historique. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, la citadelle se compose des imposants remparts et de la vieille ville elle-même. Le lieu est habité depuis au moins le quatrième siècle avant J.C par les phéniciens. Les remparts par contre datent de l’époque ottomane, c’est-à-dire du 16ème siècle, quand le turc Khaïr al-Din en fait sa capitale.

Certaines mosquées datent du onzième siècle comme Djemaa-El-Kébir. Il est préférable de se faire guider dans la découverte des ruelles en pente, étroites et sinueuses, souvent ombragées, où se cachent de magnifiques habitations traditionnelles avec une décoration typique et une cour centrale dallée, des hammams et des souks.
Certains palais ont été transformés en musées où on peut admirer l’art et l’architecture ottomans. Bien qu’en très mauvais état par certains endroits faute d’entretien, la Casbah est un vrai musée à ciel ouvert retraçant des siècles d’histoire.

LA GRANDE POSTE D’ALGER

Post Office Algiers Algeria
Alger, bien que peu touristique pour les raisons que vous connaissez, a pourtant tout pour séduire, charmer et attirer les visiteurs. La ville abrite en effet de nombreux monuments et édifices qui valent vraiment le détour, sans parler de l’hospitalité et de la générosité de ses habitants. Parmi les monuments phare que l’on vous recommande vivement de visiter si un jour vous êtes de passage à Alger, la Grande Poste est incontournable. Vous ne pouvez pas passer à côté de ce monument. La Grande Poste d’Alger n’est certes qu’une poste, mais elle est loin d’être un bureau de poste comme les autres. Celui là raconte une histoire, témoigne d’une ère glorieuse de la ville. Construite en 1913, dans un style néo-mauresque, l’architecture de la Grande Poste vous laissera sans voix. Située sur la croisée des chemins, on ne peut vraiment pas rater la grande poste, que l’on vienne du côté de la mer ou du centre d’Alger. Même de loin, le regard est irrésistiblement attiré par cet imposant bâtiment qui trône sur la ville d’Alger. Prenez le temps de vous attarder, de visiter les lieux de l’intérieur, d’immortaliser un cliché, laissez-vous doucement apprivoiser et séduire par la beauté de ce monument. Avec ses dômes à l’extérieur, ses colonnes, ses arceaux, sa décoration en faïences et ses sculptures à l’intérieur, la Grande Poste d’Alger peut se vanter d’être l’un des hôtels de postes les plus impressionnants du monde.

LE SAHARA ALGÉRIEN

algerian-sahara




Le Sahara, le plus grand écorégion désertique du monde s’étend sur de nombreux pays. L’Algérie en fait partie. Dans le Sahara Algérien, la plus importante région qui s’y trouve est Tidikelt. Elle est limitée par Touat, le Tassili n’Ajjer, le Tademaït et les plaines se trouvant aux pieds des monts du Mouvdir. Son étendue est estimée à 100 000 km². Le climat qui y règne est de type désertique marqué par une grave aridité. La température varie entre 0 et 50°C. Il y a deux grandes villes dans cette partie de l’Algérie : Salah et Aoulef. Il y a aussi des sites touristiques à caractère préhistorique. C’est le cas du Gisement paléolithique.
Le Sahara algérien est un désert situé au sud de l’Algérie. Malgré les idées reçues, le Sahara est loin d’être un espace très sableux, il contient, bien au contraire, énormément de cailloux. Le Sahara algérien est caractérisé par une grande montagne culminant à 3000 mètres d’altitude, le Hoggar, un massif volcanique. Bien avant de devenir un Sahara, cet endroit était, il ya un bon moment déjà, une mer. On peut trouver en effet des sols salés contenant de l’argile, au dessous. Le Sahara n’est également pas privé d’eau, on y trouve de nombreux puits, oasis et gueltas (endroit de la montagne protégé du soleil par une falaise, généralement). Le Sahara algérien abrite certaines plantes dont les acacias, les tamaris et les thora thoras mais également des animaux comme la gazelle, les ânes, les mouflons, les gerboises, les lapins, les oiseaux ainsi que bon nombre d’insectes. Les habitants du Sahara sont appelés les Touaregs, peuples musulmans nomades connus pour leurs habits caractéristiques (la djellaba et le chèche, noué sur la tête) et par leur habitude de boire énormément de thé tout au long de la journée.
Météo Sahara algérien: climat et prévisions météorologiques


Le Sahara algérien est un écorégion désertique localisé dans la partie nord de l’Afrique, dans le sud de l’Algérie.

Son climat est aride et sec avec une température souvent très élevée en journée.
La température en hiver est comprise entre 15 et 28°C si en été elle oscille entre 40 à 45°C et peut même être plus élevée.
L’amplitude thermique entre le jour et la nuit est assez importante, car si le jour la température est de 40°C, la nuit, elle est de 5°C environ.
Concernant les précipitations, elles sont mesurées à environ 130 mm par an dans l’ensemble de l’écorégion.
Les mois les plus conseillés pour un séjour dans le Sahara algérien sont les mois de novembre et de février.
Carte touristique Sahara algérien


Pour faciliter votre séjour dans le Sahara algérien, le deuxième plus grand désert au monde, il est plus pratique d’avoir une carte en main. Pour trouver une carte touristique des villes et des sites touristiques des lieux, vous pouvez utiliser Google Maps. En effet, il y a deux grandes villes dans le Sahara algérien : In Salah et Aoulef. Un guide de voyage vous permettra en outre de localiser les meilleurs sites comme le Gisement paléolithique, et de créer un itinéraire pour votre voyage.

JARDIN D’ESSAI

jardin-essai Algiers




Le Jardin d’Essai d’Alger est sans aucun doute une adresse connue au moins de nom par les botanistes et les passionnés de flore. Niché au pied du sanctuaire de Martyr d’Alger, ce jardin impressionne, attire et séduit par la diversité de sa flore et le mariage harmonieux des couleurs. Les touristes qui sont de passage à Alger ne peuvent pas passer à côté de cette petite merveille naturelle. Ce jardin compte parmi les plus grands et les plus impressionnants parcs au monde. Amoureux des plantes, vous serez ravis, le jardin compte plus de 3000 espèces végétales des plus insolites, on trouve des plantes d’ici et d’ailleurs, des végétations étranges et rares que même les botanistes chevronnés auront du mal à identifier. En plus de la diversité de sa végétation, l’organisation minutieuse des plantations impressionne au Jardin d’Essai : dans l’aile ouest, se trouve le jardin français, au sud-est l’allée des cocos qui contourne merveilleusement le jardin anglais. Longez les allées, parcourez le jardin de bout en bout, et tombez sous le charme. Des petits lacs ici et là viennent agrémenter encore plus ce petit joyau algérois qui exhibe fièrement ses plantes aquatiques diverses et variés. A l’extrémité nord du jardin se trouve le jardin zoologique du Jardin d’Essai qui abrite quelques animaux sauvages. On aura beau vous décrire le jardin d’Essai, on aura du mal à lui faire justice, rien ne vaut le fait d’y aller soi-même pour découvrir toute sa splendeur.

La Corniche de JIJEL

jijel

De Jijel à Béjaïa, une route en corniche borde une côte d’une incomparable beauté. La côte jijelienne tourne le dos à la méditerranée qui lui envoie matin et soir ses incessantes vagues douces. Une eau d’émeraude, des plages majestueuses, des falaises imposantes caressées par un air marin subtilement iodé, des forêts verdoyantes et des grottes pittoresques, ce ruban rocheux est peut-être la plus belle côte d’Algérie. Une route étroite serpente entre sur plus de 60 km depuis Souk El Tenine, dans la wilaya de Béjaïa, jusqu’à Jijel. Autant dire qu’on peut parcourir cette bande littorale en une journée. Et chaque localité traversée par cette route refaite à neuf mérite une escapade.

Des plages de sable tantôt gris tantôt rouge

Le spectacle de cette route en corniche mérite également une profonde méditation. Les flancs des falaises au relief découpé sont recouverts par une végétation colorée et exubérante. Des communes et villages, les Aftis, Taza, Ziamma El Mansouria, El Aouana, y sont accrochées aux parois. Des plages de sable tantôt gris tantôt rouge se nichent au cœur des criques. On peut se promener des heures dans le dédale de ses criques et plages. Et à chaque angle, des panoramas se découvrent sur les maisons aux couleurs vives étagées sur les flancs des collines. Au creux du ravin, la touristique Ziamma El Mansouria dont le charmant port de pêche offre à ses visiteurs un bain de fraîcheur fusionne harmonieusement avec une mer bleue azur. A Oued Dar El Oued, la plage des grottes merveilleuses attire des milliers de visiteurs originaires de toute l’Algérie. Des visiteurs qui se bousculent aussi pour découvrir des grottes qualifiées à juste titre de «merveilleuses» car les tableaux dessinés par le créateur dans ces cavités rocheuses n’en finissent jamais de subjuguer. Située à 35 km à l’ouest de Jijel, sur la route nationale 43, cette grotte découverte en 1917 lors des travaux pour l’ouverture du tronçon routier Jijel-Bejaia est un univers mystérieux qui cache un impressionnant trésor naturel. A l’intérieur de la grotte, la température ne dépasse jamais les 18 degrés avec un taux d’humidité variant entre 60 % et 80 %. Mais la palme du ravissement revient sans doute à ces formes enchanteresses en stalactites et stalagmites. Certains visiteurs croient déceler sous leurs yeux une Tour de Pise, un Bouddha ou une mère allaitant son bébé ! La nature a fait de cette grotte un véritable musée où des sculptures sont exposées. Quelques fois, on croit voir des chameaux, des oiseaux ou je ne sais quel autre animal. Mais peu importe ce que les yeux perçoivent, le cœur, lui, est conquis par l’émotion que lui procure ce joyau de la nature souterraine.

L’ATLAS SAHARIEN

atlas-saharien Algeria

Partie orientale du massif de l’Atlas, l’Atlas saharien est formé de plusieurs massifs montagneux : les monts des Ksours, le Djebel Amour, les monts des Ouled Naïl et les monts Zabs. Le point culminant de la chaîne est le mont Chélia situé dans les Aurès, à 2328 mètres d’altitude. D’une très grande richesse naturelle, l’Atlas saharien offre de fabuleux paysages très variés. Une des quelques régions au monde où l’aventure et la découverte sont encore possibles. La région fut habitée par l’homme préhistorique, comme en témoignent de nombreuses gravures rupestres qu’on peut observer sur place. Des empreintes de dinosaures sont également existantes à Ain Safra et El Bayadh. Dans cette région, les Hommes vivent encore selon les traditions ancestrales de la vie nomade…

Sites touristiques et activités Atlas saharien


L’Atlas Saharien est l’une des trois parties du massif montagneux africain Atlas. Il se trouve dans la partie sud de ce massif et a comme principaux pic Djebel Chélia des monts Aurès (2328 M) et Djebel Chambi de la dorsale tunisienne. Logiquement donc, le massif a une partie algérienne et une partie tunisienne. La région est réputée pour ses paysages magnifiques. En plus, il y existe une grande variété de faunes et des flores. Pour les personnes qui sont attirées par la préhistoire, il y existe des empreintes de dinosaures et de nombreuses gravures qui témoignent de la présence humaine dans cet endroit jadis.

TIMGAD, BATNA

timgad Algeria





Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1982, le site de Timgad fera le bonheur de tous les passionnés d’histoire. Ville au nord-est de l’Algérie, Timgad abrite cette ancienne cité romaine de très grande importance archéologique qui était destinée à l’origine à servir de poste contre les Berbères des Aurès. Bâtie avec ses thermes, ses temples, son forum ainsi que son amphithéâtre, la cité est considérée comme la dernière colonie de déduction en Afrique romaine. A visiter : – Le forum ; – L’amphithéâtre ; – La bibliothéque ; – Le Capitole ; – Le quartier de Sertius ; – Le temple de la Dea Patria ; – L’Aqua Septiminana Felix, – Les thermes ; – La forteresse byzantine ; – Les nécropoles… Comment y accéder : La nationale 31 conduit à Batna (12km) ensuite la route en direction de Bouira vous mènera à Timgad.

Organiser votre prochain périple : Timgad


Timgad est une cité antique située dans la wilaya de Batna, au nord est de l’Algérie. La ville est un site archéologique de premier plan et très connue pour ces vestiges romains. La ville regorge plusieurs sites et monuments comme le théâtre, le capitole, le quartier de Sertius et le temple de la DeaPatria et l’ Aquaseptimianafelix. Les thermes romains est un symbole, un des lieux essentiel de la vie quotidienne dans l’empire romain. Pour les habitants d’une cité, les thermes sont vus comme quelque chose d’indispensable, une des commodités nécessaires que la ville doit procurer à ses habitants, un signe et un instrument de civilisation et de bien être.

DJEMILA, SETIF

djemila_SETIF ALGERIA

Celle dont le nom veut littéralement dire « la belle » en arabe, est une commune du nord-est de l’Algérie connue pour ses sublimes ruines romaines en excellent état de conservation. La ville entière a été classée au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 1981. Ne ratez pas à Djemila les ruines romaines : Basiliques, théâtre romain, arcs romains, mosaïques, cathédrales etc. ainsi que le musée de Djemila retraçant l’histoire de la ville. Djemila fut autrefois appelée Cuicul, nom berbère faisant référence à l’origine du village indigène. Comment y accéder : Une ligne directe reliant la ville de Djemila à celle de Sétif n’existe pas. Il vous faudra alors faire un détour par Eulma pour vous rendre à Djemila. La ville n’est cependant pas très facile d’accès, une allée d’eucalyptus doit être traversée pour accéder à la ville.

GHARDAIA

ghardaia CITY ALGERIA

Connue également comme étant « la porte du désert », la ville de Ghardaia fait partie de la vallée du M’zab dans le Sahara algérien, vaste plateau désertique constitué de vallées profondes. La vallée du M’zab est composée de 7 k’sour, ou villages fortifiés dont fait partie Ghardaia. Située, à 600 kilomètres au sud de la capitale Alger, au coeur de la partie nord du Sahara, Ghardaia offre des paysages saisissants. A visiter à Ghardaia : La vieille mosquée, l’ancienne place du marché, la palmeraie, le système d’irrigation traditionnel, le vieux Ksar… Afin de mieux vous imprégner de l’atmosphère chaleureuse de la ville, privilégiez les maisons d’hôtes aux hôtels. Vous découvrirez les traditions et les coutumes des habitants et votre séjour n’en sera que plus enrichi. La ville est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

KABYLIE

kabylie Algeria





Au nord de l’Algérie, la région historique de Kabilye est le pays des tribus (Kabilye vient de l’arabe Qabaîl qui veut dire tribus). Région emblématique de l’Algérie, la Kabilye offre des paysages d’une splendeur unique. Elle porte également le surnom de « pays des montagnes » et est le foyer d’une population berbère qui s’appelle les Kabyles. Connus pour leur artisanat local, d’un très grand rôle économique et social, les kabyles sont passés maîtres dans l’art de la confection des bijoux en argent, réputés pour leur raffinement et leurs couleurs vives. Ils maitrisent également le tissage, la poterie et le travail du bois. Ne manquez pas de visiter un village kabyle (Taddart) et une maison kabyle (Axxam). D’architecture très particulière, ces derniers sont généralement placés sur un endroit assez élevé et décorés selon l’importance sociale du propriétaire et sa richesse matérielle.

Le musée national du Bardo, Alger

bardo-museum Algeria

Musée d’ethnographie et de préhistoire, le musée national du Bardo à Alger, a été inauguré en 1930 à l’occasion des 100 ans de la colonisation française en Algérie. Ce musée, classé depuis 1985, au patrimoine mondial de l’UNESCO, est constitué de deux parties, une dédiée à la préhistoire et une autre à l’ethnographie. La dernière partie abrite deux types d’expositions, des expositions d’objets et des reconstitutions d’espaces rappelant les occupations de la vie courante de l’époque. Celles-ci sont divisées en 4 domaines : l’ethnographie citadine, rurale, saharienne et maghrébine. La partie consacrée à la préhistoire, quant à elle, est représentée en 4 thèmes : la paléontologie, l’archéobotanique, l’anthropologie physique et enfin, les cultures humaines et leurs traces matérielles. Le musée abrite une pièce maitresse : le squelette de Tin Hinan, connue comme la reine des Touaregs.

Sanctuaire du Martyr, Alger

maqam-echahid





En visitant Alger, on ne peut passer à côté du Sanctuaire du Martyr qui trône au loin sur toute la ville. Comme son nom l’indique, le Sanctuaire du Martyr est un monument aux morts bâti en mémoires des martyrs de la seconde guerre mondiale en Algérie. La première question que vous poseront sans aucun doute les algérois : avez-vous visité le Sanctuaire du Martyr ? Ce monument a énormément d’importance à leurs yeux. Le Sanctuaire du Martyr s’étend sur plus de 92 mètres de long et est formé de trois palmes qui se rejoignent en hauteur. Ce monument impressionne par sa taille gigantesque. Il est considéré comme le protecteur de la ville d’Alger. Suivre la route qui mène vers le Sanctuaire est déjà une aventure à part entière, avec des vues magnifiques, des routes qui traversent une partie des montagnes, une nature impressionnante qui ne vous laissera pas indifférent. Une fois arrivé sur place on ne peut pas faire autrement que s’arrêter, lever la les yeux et contempler pendant des longues minutes ce monument fabuleux. Les 3 palmes du Sanctuaire s’étendant sur 5 étages : 4 sont destinés aux installations techniques et le 5ème étage est à la base réservé aux visiteurs, mais est généralement fermé pour cause de sécurité. On vous le dira jamais assez, si vous êtes de passage à Alger, prenez le temps de vous rendre au Sanctuaire du Martyr, vous serez certainement impressionné par la beauté et taille de ce monument.

Cathédrale Notre-Dame d’Afrique, Alger

notre-dame-dafrique Algiers Cathedral

Saviez-vous qu’il a fallu 14 ans de travaux pour bâtir la Cathédrale Notre-Dame d’Afrique d’Alger ? Oui, 14 ans pour donner naissance à ce merveilleux joyau algérois. De par son emplacement de choix sur les hauteurs, la Cathédrale Notre-Dame d’Afrique trône sur Alger jouissant ainsi d’une vue panoramique sur toute la ville et sur le large. Située à 124 mètres d’altitude, la Cathédrale Notre-Dame d’Afrique est desservie par un téléphérique depuis Bologhine (ex Saint-Eugène). Vous pourrez également rejoindre la Cathédrale en voiture, en grimpant sur une route un peu périlleuse, mais qui vaut vraiment le détour. Depuis la cour de la Cathédrale Notre-Dame d’Afrique vous pourrez profiter d’une vue superbe sur Alger la blanche. De cette hauteur, l’origine de cette appellation devient parfaitement claire. Il faut vous y rendre en matinée ou en début d’après midi, la Cathédrale Notre-Dame d’Afrique ferme tôt ses portes. Que vous soyez croyant ou pas, chrétien, juif, musulman ou athée, quelque soit votre croyance, une fois le seuil franchi, vous aurez envie de vous recueillir. L’endroit est tellement beau qu’il en est impressionnant. Cette cathédrale témoigne d’un passé où les religions se côtoyaient, se mêlaient et où les croyants de toutes les religions vivaient en harmonie, comme peut en témoigner une des inscriptions : « Notre-Dame d’Afrique priez pour nous et pour les Musulmans. ».

Ville d’Oran

ORAN ALGERIA

Deuxième plus importante ville Algérienne, Oran porte également le nom de « Al Béhia » ou la radieuse. Située au nord-ouest de l’Algérie (à 432 kilomètres d’Alger), Oran est une ville portuaire d’une superficie de 56,87 km². Dans la langue arabe Oran est prononcée Wahran, ce qui veut dire « deux lions ». Les lieux à visiter à Oran : – Le quartier historique : affichant un mélange architectural espagnol, truc et français ; – Les deux mosquées historiques dans le quartier de Sidi Al Houari : Mosquée du Pacha (1797) et mosquée du Bey (1801) ; – La cathédrale et la Chapelle Santa Cruz ; – La grande synagogue située sur le plateau Kargentha ; – Les musées Ahmed Zabana et Moujahid ; – Les forts militaires d’Oran dont le fort de Mers Al Kebir : en effet, la ville abrite la plus grande concentration de forts militaires de toute l’Afrique ; – La porte d’Espagne située dans la vieille Casbah, important vestige de l’architecture espagnole en Algérie; – Les Arènes, d’ailleurs les seules de toute l’Afrique ; – Le festival du Raï : Oran est la capitale mondiale du Raï. Ce festival a lieu chaque année au cours du mois d’Août…

Constantine

constantine ALGERIA

Constantine (en arabe : قسنطينة, Qacentina, en arabe algérien et berbère: Qsentina) est une commune du nord-est de l’Algérie, chef-lieu de la wilaya de Constantine. Comptant plus de 448 000 habitants, cette métropole est la troisième ville la plus peuplée du pays. Le Grand Constantine s’étale sur un rayon d’une quinzaine de kilomètres sous forme d’une agglomération comprenant une ville-mère et une série de satellites. L’agglomération de Constantine comptait 943 112 habitants en 20153, dont seulement 54 % habitent dans la commune de Constantine.

Constantine, l’une des plus anciennes cités du monde, est une ville importante dans l’histoire méditerranéenne. Anciennement Cirta, capitale de la Numidie de 300 av. J.-C. à 46 av. J.-C. elle passe sous domination romaine par la suite. C’est à l’empereur Constantin Ier qu’elle doit son nom actuel depuis 313.

Durant le Moyen Âge elle est conquise par les Arabes au viie siècle et elle fera partie successivement du royaume aghlabide, de l’empire fatimide puis des royaumes zirides, hammadides, almohades et hafside.

Elle deviendra au xvie siècle la capitale du beylik de Constantine, siège du pouvoir beylical et vassale de la régence d’Alger. Lors de la conquête de l’Algérie par les Français elle sera prise en 1837, après un échec en 1836. Intégrée à la wilaya II, le Constantinois, par le FLN durant la guerre d’Algérie elle devient le siège de sa propre wilaya à l’indépendance du pays.

Constantine est également surnommée la « ville des ponts suspendus », « ville du vieux rocher », « ville des oulémas », aussi « ville des aigles » ou bien « ville du malouf », variante constantinoise de la musique arabo-andalouse. Elle est considérée comme la capitale de l’est du pays.

En 2015 la ville de Constantine est capitale arabe de la culture, deuxième ville d’Algérie à être choisie pour organiser cet événement après Alger en 2007.

Source de l’article

A découvrir aussi